CategoriesEXPÉRIENCE CLIENT

Le batch cooking : l’idée pratique

Vue de haut d'un ensemble de plat batch cooking

88%*. C’est le pourcentage de français qui déclarent cuisiner à partir de produits bruts uniquement. Fruits et légumes, viandes, poissons sont à la fête dans les cuisines et cela rassure. Les crises alimentaires sont passées par là et la défiance des consommateurs n’a jamais atteint un tel niveau. Les émissions TV autour de la cuisine ne se démodent pas et font de plus en plus d’amateurs. De là à tous mettre la main à la pâte il n’y a qu’un pas. Encore faut-il être un minimum organisé si on veut se faire plaisir tous les jours sans trop se prendre la tête. Le batch cooking devient alors un allié.

Comment ça marche ?

Pour tous ceux qui voit arriver l’heure du dîner avec une pointe d’anxiété et qui entendent cette petite voix qui dit « j’ai pô envie » ou « mais qu’est-ce que je vais bien pouvoir faire à manger ? », le batch cooking est la révolution du siècle. Au moins.

Le batch cooking (batch signifiant lot) c’est tout simplement l’art de cuisiner en une fois – le dimanche de préférence – pour toute la semaine. Pratique n’est-ce pas ?

En 2h chrono disent les ambassadrices, on a préparé tous ses bons petits plats. Le jour J de consommation, il n’y a plus qu’à les sortir du réfrigérateur ou du congélateur, de les assembler et de les cuire si nécessaire.

fruits et légumes frais

Tendance et plus encore

Cette tendance devenue mode de vie nous vient des pays anglo-saxons et a très vite trouvé ses adeptes en France.

Aujourd’hui, nombres de livres donnant des astuces recettes, rappelant les grands principes trônent en maître dans les rayons des librairies.

Et nous ne parlerons pas des réseaux sociaux ou de la blogosphère dans laquelle on trouve des sites totalement dédiés à la démarche.

 

Le batch cooking c’est aussi l’écho d’un mouvement de fond : celui de veiller de plus en plus à son alimentation. Pour 65%% des personnes qui déclarent cuisiner à partir de produits bruts, préparer ses repas en avance à partir de produits frais est un moyen de manger plus sainement, de se sécuriser en s’assurant que les produits sont bons pour eux. La touche de plaisir du do it yourself en prime.

 

Notons également la dimension économique de la démarche. Le batch cooking répond à deux challenges du quotidien dans la cuisine : veiller à son budget alimentaire tout en mangeant le plus sainement possible et le gaspillage.

*étude Ipsos pour L’Observatoire E.Leclerc des Nouvelles Consommations

Les conseils du/de la parfait(e) batch cooker

  1. On pense hygiène bien sûr. Avec un plan de travail et des ustensiles bien propres. L’astuce est aussi de faire la pluche en premier. Ainsi on n’a plus à gérer les salissures que la manipulation engendre (terre éparpillée,…)
  2. Quitte à opter pour le pratique, autant l’être jusqu’au bout. Alors on fait la plonge plutôt au fur et à mesure. Cela évite l’amas de vaisselle après s’être activé plus de 2h aux fourneaux
  3. Laissez refroidir vos plats (au moins 30 min) avant de les mettre au réfrigérateur.
  4. Utilisez des contenants bien hermétiques.
  5. N’hésitez pas à congeler si besoin. Surtout pour les recettes de fin de semaine. Aucun problème pour les purées, soupes et autres gratins.
  6. Privilégiez les contenants en verre.
  7. Tout ce qui est à base de viande ou de poisson se déguste plutôt au début de la semaine.
Please follow and like us:
Laisser un commentaire