CategoriesEXPÉRIENCE CLIENT

Bilan de la restauration hors domicile (RHD) 2020

Femme tenant un panneau indiquant que le restaurant est fermé mais ouvert pour la vente à emporter

On ne va pas se mentir et de plus il n’y a pas de scoop ici : les chiffres ne sont pas réjouissants. Quoique. Cela dépend comment on souhaite les regarder. Alors certes, le bilan est assez catastrophique en termes de chiffre d’affaires. Sans parler du moral des troupes avec cette situation qui perdure. C’est une réalité. Les restaurateurs souffrent, beaucoup. Et avec eux, tous ceux qui agrègent l’écosystème de la restauration. Pour autant, il y a comme une urgence à voir le verre à moitié plein. La crise est aussi une opportunité. Celle de repenser et de se repenser. Y arriverons-nous ? Oui bien sûr. Constatons mais surtout projetons-nous.

NDP Group nous livre le bilan de la restauration hors domicile (RHD) 2020.

Les chiffres ne pardonnent pas et confirment s’il en est besoin qu’il s’agit bien d’une crise dépassant largement le sanitaire. Il va falloir du temps pour s’en remettre. Et une bonne dose d’ouverture, de positivité et d’envie. Ca tombe bien. S’il est un secteur où le courage et l’abnégation font partie intégrante de la recette gagnante, c’est bien la restauration.

RÉALITÉ IMPLACABLE : QUAND LES CHIFFRES RENDENT MOROSES

Avec -71% de visites enregistrées lors du 1er confinement, la (trop) courte période n’aura pas suffi au marché pour renouer avec la croissance.
C’est ainsi que l’année 2020 se terminait en affichant un bien triste 
-38% de chiffre d’affaires et un -35% en cubage de visites.

 

La restauration collective quant à elle n’est pas en reste côté catastrophe. Entre l’arrêt total du 1er confinement et la mise en télétravail, la réorganisation des entreprises, c’est 40% du chiffre d’affaires qui s’envole en quelques semaines. Le rattrapage dès septembre n’est pas neutre mais hélas pas suffisant.
Le nouveau protocole quant à lui signe purement et simplement l’arrêt quasi certain des restaurants d’entreprise pour un petit moment.
Mais…. cela fait un moment que les acteurs s’interrogent sur leur modèle qui n’est plus vraiment dans l’air du temps, ni pour les consommateurs, ni pour les clients, ni pour eux-mêmes. Encore une fois, bien que ce soit hélas dans la douleur, cette crise sans précédent est une opportunité, qui saura rendre les jours prochains meilleurs. C’est tout le mal que nous souhaitons à ce segment de la RHD tellement fondamental pour tous ceux qui vivent en collectivité.

RÉALITÉ D’ÉVOLUTION AUGMENTÉE : QUAND LES CHIFFRES ENCOURAGENT

Comme nous le disions précédemment, la restauration est un secteur qui bouge et qui aime ça. Par ailleurs il est bien connu que le français est un bon vivant et aime manger, les deux allant de pair ! Aussi, s’il a fallu faire contre mauvaise fortune bon cœur, en oubliant de pouvoir se retrouver dans ces lieux empreint de convivialité que sont nos chers restaurants, les maîtres des lieux ont su rebondir. Et là encore, les chiffres ne trompent pas. Mais cette fois, ils nous tirent tous vers le haut.

C’est ainsi que le drive, la vente à emporter et la livraison ont sauvé ce qui était possible de l’être.
+ 25% de dépenses et de visites pour le premier, + 31% de commandes en livraison au 2ème confinement signe que le mouvement s’ancre plus que fortement, et enfin on compte 7 points de plus pour la vente à emporter soit 43% de parts de marché.

On constate bien ici que ces nouvelles façons de consommer ses repas ne sont pas des nouveautés. Par contre, sans cette crise jamais les chiffres n’auraient été aussi élevés en France en si peu de temps. CQFD.

Dans l’article suivant, nous décortiquons les prédictions de NDP Group pour 2021.
Histoire de se donner du baume au cœur. On en a tous bien besoin ! Rendez-vous ici

Restaurant fermé Covid19
Livreur de repas à domicile
infographie bilan restauration hors domicile RHD 2020

L’autre chiffre

Signes de genre avec un égal

Un phénomène que nul n’aurait pu anticiper : la question des genres !
Saviez-vous qu’après une égalité parfaite, le nombre d’hommes fréquentant la RHD a augmenté (60% désormais) là où celui des femmes a nettement baissé (-6 points) ?
Doit-on en conclure que ces dames sont plus prudentes ou plus craintives ?
Ou tout simplement que le confinement a été l’occasion pour certaines de reprendre goût à cuisiner ?
Là encore, chacun ira de son point de vue mais suivons cet indicateur dans le temps car à lui seul il peut bousculer quelque peu des sujets incontournables comme le contenu de l’assiette ou encore l’expérience sur les points de vente. On reste en veille et on en reparle !

Please follow and like us:
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.